Agoraphobie : pourquoi je n’arrive pas à vaincre mes peurs ?

Par 09/02/2018Articles

Je suis capable de vaincre mes peurs.
Tout le monde en est capable
mais pas tout le monde n’est prêt à utiliser son plein potentiel (qui lui est, illimité…)

 

 

Vous voulez mieux comprendre ? Je m’explique!
La réussite va, en général, dépendre de la façon dont on va réagir à ce qui nous arrive (bon ou moins bon!) et c’est là qu’on va faire la différence avec notre mental. Une nouvelle attitude à adopter d’urgence pour « réussir » sur le long terme.


Comment j’ai fait pour vaincre mes peurs ? 

Souvent, à la fin d’une formation, d’un programme ou d’un entraînement, certains participants rechutent. C’est mathématique mais c’est aussi psychologique. Après un régime, souvent on regrossit. Après un gros effort, souvent on se laisse aller. Après une grande envie, on a envie d’autre chose, encore mieux, etc.

Notre mental est très fort et il tente de nous saboter en permanence en jouant au yo-yo avec nos émotions et nos nerfs.

Les rechutes, j’en ai vécu. De nombreuses fois.
J’étais agoraphobe. Je faisais des efforts, tant d’efforts.
J’avançais puis je reculais. Je ne comprenais pas. Je savais mais je n’arrivais pas toujours à vaincre mes peurs.
Et le moindre « accroc » était vécu comme un échec !
C’était évident, je n’avais pas le mental approprié (et je ne le savais pas encore…)

 

Le mental, c’est le boss! Souvent il prend toute la place dans nos pensées, il nous fait douter, il nous rend triste ou frustré. Si on ne fait pas attention à lui en lui donnant ce qu’il aime et en le priant de se taire de temps en temps, on se fait bouffer!

 

Vaincre mes peurs OK mais ce n’est pas facile pour tout le monde!

Si vous êtes comme moi je l’ai été, à savoir frustré ou en mode « déçu » suite à un échec (croyance limitante), que pouvez-vous faire concrètement ?

Votre état d’esprit du matin déterminera le fait de passer ou pas une bonne journée. C’est vous qui décidez. Rien que vous! Votre attitude déterminera votre altitude…

 

Si vous faites partie de ces personnes chanceuses d’être en « bonne santé », ce n’est pas plus compliqué que ça, vous devez en être conscient !

 

vaincre mes peurs, tenter, échouer, fleurs, réussir

 


Imaginons que vous soyez partis pour le Mont Everest… 

Imaginons, … vous avez mis des mois ou peut-être des années à économiser pour vous payer votre voyage au Mont Everest car vous êtes un ou une passionné(e) de montagne et de sommets. Vous vous êtes entraîné dur pendant de nombreux mois (des jours avec et des jours sans, des jours très douloureux et d’autres avec de belles avancées), vous avez étudié le sujet de A à Z (conditions climatiques, acclimatation, risques d’accidents sur la montagne, durée, risques, dangers, etc), vous savez ce que vous devez faire concrètement si le plan A ne marche pas, etc. Tout est calé dans votre tête car vous avez tout étudié. Malgré de gros doutes sur vos capacités physiques à faire cette ascension, vous êtes prêt à vous confronter à votre principale « envie du moment » et à votre nouvelle version de vous-même, en osant.

Vous êtes dans un bon état d’esprit et vous avez pris sur vous car vous n’aimez pas trop l’avion et les attentes. Vous avez pris le taxi, le bus, vous avez marché durant des heures pour vous rendre au camp de base et vous avez eu quelques migraines, des moments de doute et des maux physiques. Tout ça est normal, vous le savez mais vous avez continué. Vous avez fait une tentative, une deuxième mais à chaque fois, vous êtes redescendu au camp de base car impossible d’aller plus haut. Vous êtes en mode « panique » et vous ne cessez de penser au fait de n’être pas assez bon mais vous êtes en mode « si ça ne marche pas, vous n’allez pas vous en sortir ». Et là c’est du gros bon sens. Si ça ne marche pas, c’est qu’il y a une raison. Ne rien forcer mais comprendre. Mais comme tout être humain, vous décidez de tout laisser tomber et de rentrer en Europe. A votre retour, vous broyez du noir et vous vous dites que vous êtes nul et que jamais vous n’y arriverez. Vous vous comparez, vous êtes frustré et vous êtes déçus donc vous abandonnez votre rêve. 

 

Vaincre mes peurs et donc l’agorapobie

Oui, le combat contre l’agoraphobie est similaire… cette guerre que l’on mène contre son saboteur n’est peut-être pas physique comme dans l’exemple ci-dessus mais c’est dans le « mental ». C’est le même mental qu’un sportif de haut niveau. Le même que n’importe qui, qui essaie et qui échoue. Imaginons que vous n’essayez pas (car agoraphobe et donc dans l’évitement!) durant 15 ans par peur d’avoir un malaise et soudainement, vous trouvez des clés, une meilleure compréhension. Vous avancez mais un jour, rien ne marche comme prévu. Vos efforts ne sont pas remerciés et vous vous en voulez. Vous avez pourtant tout fait et presque tout essayé…


Et c’est là que le travail commence vraiment 

Hahaha… oui, c’est là que j’ai fait la différence après 15 années d’agoraphobie! Et c’est pour cela qu’aujourd’hui, plus de 6 ans après, ma vie a pris une toute nouvelle direction.

J’aimerais vous poser 5 questions :

  • Croyez-vous que tout peut aller mieux du jour au lendemain parce que vous avez décidé de suivre une formation pour vaincre vos peurs ?
  • Est-ce que vous vous dites : j’y comprends rien pourtant je fais pourtant tout pour que ça aille mieux ?
  • Etes-vous déçu de n’être pas arrivé où vous souhaitiez malgré vos efforts ?
  • Avez-vous tendance à vous dire que vous êtes nulle et que vous n’y arriverez finalement jamais ?
  • Vos rechutes vous font douter et vous êtes fatiguée car c’est long et difficile ?


Si vous avez répondu à au moins OUI à une question, vous n’êtes pas
encore au bout de votre travail… mais la bonne nouvelle c’est que je peux vous aider.


Alors, qu’allez-vous faire ? Qu’avez-vous envie de faire ?

Etape 1 : le premier pas pour résoudre un problème, c’est de s’engager et d’accepter la situation. On s’ouvre et on fait confiance. Fini les excuses : soit on fait le premier pas soit on ne le fait pas. Mais on arrête de dire qu’on va le faire et se dégonfler par la suite. Sinon on est plus crédible, comme moi à l’époque!

Etape 2 : on évalue ce qui s’est amélioré et on note ce qu’on a réussi. Et on continue. On persévère et on cesse de se plaindre (ancien comportement), on entame une nouvelle vie avec un nouveau « soi » en mode plus positif. C’est obligatoire!


Est-ce que vous faites déjà tout ça ?
Si oui, vous devriez bientôt ne plus être envahi de crises de panique et avoir la vie souhaitée (comme moi!)
Si non, vous avez encore du travail à faire sur vous… et peut-être avec moi!

 

agoraphobie, peurs, anxiété, solutions, confiance, vaincre mes peurs

 

Mes programmes et formations vous aideront à vaincre un premier pallier, celui de comprendre et d’oser faire différemment. Reprendre confiance en vous et savoir que vous n’êtes pas seul et que tout est possible. Ensuite votre état d’esprit sera votre meilleur allié. Vos résultats dépendront de votre engagement et de votre motivation à changer. Ne vous limitez pas et travaillez dur sur vos croyances!

Je suis Séverine, l’agoraphobe-voyageuse. J’accompagne les personnes qui veulent sortir de leurs anciens schémas d’anxiété et d’angoisses liées à l’agoraphobie de manière concrète et durable; ceci à travers des séances de coaching individuel et des programmes intensifs en 4 semaines pour dépasser ses peurs.

 

A LIRE EGALEMENT :

 

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux!
Facebook – Instagram  Newsletter – Youtube – Mon livre

/* SCRIPT POUR LA POPUP AWEBER */
/* FIN DU SCRIPT */