Le blocage émotionnel d’une personne agoraphobe

Par 31/07/2017Articles

Depuis plusieurs années, je me passionne pour les neurosciences, le potentiel de l’être humain et l’état d’esprit de chacun. Je m’intéresse à tout ce qui touche au comportement (blocage émotionnel, croyances limitantes, fausses peurs, évitement, confrontations, confiance et estime de soi) et avec mes clients en coaching individuel, on passe en revue les émotions liées aux peurs. C’est vital pour pouvoir avancer.


J’ai lu dans un livre de Lise Bourbeau, la définition de ce que le corps veut nous dire lorsqu’on est agoraphobe (les blocages émotionnels). C’est très intéressant, alors j’avais envie de vous partager quelques extraits. 

 

Aujourd’hui et finalement grâce à l’agoraphobie qui s’est invitée dans ma vie à mes 20 ans, je peux vous apporter mon éclairage et changer votre vie. Oui Oui, si j’y suis arrivée, vous le pouvez aussi !

Tiré du livre de Lise Bourbeau

 

 

Blocage émotionnel

La peur et les sensations que l’agoraphobe ressent sont excessivement fortes au point même de lui faire éviter les situations où il ne peut s’enfuir. C’est pour cette raison que l’agoraphobe doit se trouver quelqu’un de proche, qui devient sa personne sécurisante avec qui sortir, et un endroit sécurisant où se réfugier.

Il y en a même qui finissent par ne plus sortir du tout.

Ils se trouvent toujours une bonne raison. En fait, les catastrophes anticipées ne se produisent jamais. La plupart des agoraphobes ont été très dépendants de leur mères étant jeunes et se sont sentis responsables soit de son bonheur, ou soit de l’aider dans son rôle de mère. L’agoraphobe peut s’aider émotionnellement en réglant sa situation avec sa mère.


Blocage mental

Les 2 grandes peurs de l’agoraphobe sont la peur de mourir et la peur de la folie.
Lise Bourbeau a pu faire une synthèse intéressante après avoir rencontré des agoraphobes dans presque tous ses stages.

Ces peurs viennent de l’enfance et elles ont été vécues dans l’isolement. 

Un foyer propice à développer de l’agoraphobie est lorsqu’est survenu de la mortalité ou bien de la folie chez des proches. Il se peut aussi que l’agoraphobe ait lui-même failli mourir étant jeune ou que la peur de la folie ou de la mort de quelqu’un ait été véhiculée dans le milieu familial.

Un blocage émotionnel, cette peur de mourir chez l’agoraphobe est vécue à tous les niveaux, bien que celui-ci ne s’en rende pas vraiment compte. Il ne se croit pas capable de faire face à un changement dans quelque domaine que ce soit car cela représenterait une mort symbolique. C’est pourquoi tout changement lui fait vivre des grands moments d’angoisse et accentue son degré d’agoraphobie. Ces changements peuvent être le passage de l’enfance à l’adolescence, puis de l’adolescence à l’âge adulte, de célibataire à marié, un déménagement, un changement de travail, une grossesse, un accident, une séparation, la mort ou la naissance de quelqu’un, etc.

Pendant plusieurs années, ces angoisses et peurs peuvent être inconscientes et contenues. Puis un jour, lorsque l’agoraphobe en est rendu à sa limite mentale et émotionnelle, il ne peut plus se contenir et ses peurs deviennent conscientes et apparentes.

L’agoraphobe a aussi une imagination débordante et incontrôlée. Il s’imagine des situations bien au-delà de la réalité, et se croit incapable de faire face à ces changements. Cette grande activité mentale lui fait craindre la folie. Il n’ose en parler à d’autres, de peur de passer pour fou. Il est urgent de réaliser que ce n’est pas de la folie mais une trop grande sensibilité mal gérée.

Si vous répondez aux critères mentionnés, sachez que ce que vous vivez n’est pas de la folie et que ça ne fait pas mourir. Avoir un blocage émotionnel n’est pas une chose grave. Vous vous êtes simplement trop ouvert étant jeune aux émotions des autres, en croyant que vous étiez responsable de leur bonheur ou de leur malheur. Par conséquent, vous êtes devenus très psychique pour pouvoir être aux aguets et prévenir les malheurs, lorsqu’en présence des autres. Voilà pourquoi vous captez toutes les émotions et les peurs des autres lorsque vous vous retrouvez dans un endroit public. Le plus important pour vous est d’apprendre la vraie notion de responsabilité. Celle à laquelle vous avez cru jusqu’à maintenant n’est pas bonne pour vous.

 

Pour vous procurer le livre de Lise Bourbeau « Ton corps dit : Aime-toi », cliquez sur l’image du livre ci-dessous

 

 

N’hésitez pas à partager cet article autour de vous.
Cela aidera peut-être quelqu’un de votre entourage qui est anxieux ou agoraphobe
et qui n’arrive pas à passer à l’action à cause de ses peurs.

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux!
Facebook – Instagram  Newsletter – Youtube – Mon livre

 et pour ceux qui veulent aller plus loin avec moi …

Cliquez sur l’image ci-dessous  

 

Leave a Reply

/* SCRIPT POUR LA POPUP AWEBER */
/* FIN DU SCRIPT */