Ces anxieux qui ont besoin d’être rassurés…

Par 09/08/2017Articles

Je fais partie de ces personnes-là… oui oui, encore aujourd’hui… pourquoi ? Parce que je n’ai pas appris dès mon plus jeune âge, que je devais avoir confiance en moi, en mes décisions, en mon pouvoir.

J’ai plutôt évolué dans un environnement craintif et anxieux… alors forcément, côté confiance en soi, c’est pas dans mes gênes! Mais la bonne nouvelle, c’est qu’on l’acquiert avec le temps et le travail. Ne jamais renoncer.

Aujourd’hui, l’agoraphobie m’a quitté depuis plusieurs années… hallélouïa! A l’époque de mes angoisses, j’avais ce besoin constant d’être rassurée. Quand j’avais peur de ne pas y arriver, je demandais 10 avis extérieurs… certaines fois, je les croyais et d’autres pas et je repartais dans le brouillard total, car je n’arrivais pas à décider pour moi..

Cette incapacité à décider était tout simplement liée à mes peurs… encore et toujours!

Encore aujourd’hui, je me retrouve certaines fois dans des situations de vie où j’ai encore ce besoin d’être rassurée. C’est fou, n’est-ce pas ? Je dirais que c’est humain tout simplement. Mais à force d’attendre des autres, vous risquez d’être déçu! Alors autant faire les choses pour vous en premier et ensuite vous verrez si répercussions il y a.

J’entreprends au quotidien. Je sais que je suis même devenue hyperactive depuis la fin de mon agoraphobie. C’est une peu le revers de la médaille. Mais quel bonheur !

Aujourd’hui, je ne me contente pas du minimum syndical comme on dit! Je veux avoir cette fierté au fond de mes tripes, cet émerveillement continuel quand je voyage, cette force qui continue de me dire « t’es capable », ce courage oui certaines fois de quitter ou d’abandonner un chemin qui n’est plus le mien.

Mais avoir peur et avoir besoin d’être rassuré reste normal. Etre anxieux, c’est ok. Ne vous inquiétez pas, il y a une vie après les angoisses!

 

Ce doute ou ce saboteur?

Prenez le nom qui vous plaît, mais en tous les cas, c’est pareil pour moi. Ce truc au fond des tripes qui existait quotidiennement quand j’étais agoraphobe et qui me disait que je n’y arriverais jamais. Il tente de réapparaître lorsque je suis fatiguée. Alors qu’est-ce que je fais ? Je me repose. Moins je l’écoute et moins je l’entends. Je reste anxieuse mais j’ai réussi à travers tant de challenges de vie, de sorties de zones de confort, de décisions, de voyages et de rencontres à faire qu’aujourd’hui, je fonce. On avisera quand je serais face au problème! Pas avant !

J’ai donc décidé de mettre au premier plan mon envie de voyager et me faire confiance. Au pire ce sont des expériences. Il n’y a aucun échec. J’ai entrepris tant de choses depuis quelques années… il n’y aucune raison que cela change!

Et vous, êtes-vous anxieux ? Qu’avez-vous mis en place et qui vous laisse deviner que vous êtes sur la bonne voie?

N’hésitez pas à partager cet article autour de vous.
Cela aidera peut-être quelqu’un de votre entourage qui n’arrive pas à passer à l’action
à cause de ses peurs!

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux!
Facebook – Instagram  Youtube

 

-> Si vous avez envie de rejoindre une équipe de participants hyper motivés qui dépassent leurs peurs, jetez un oeil à cette formation ! Résultats au programme !

Join the discussion 3 Comments

  • chantal dit :

    bonjour Séverine.
    Je tombe par hasard sur votre site. je regarde votre vidéo de présentation. Quel bonheur ! Votre joli visage et votre bon sourire nous font du bien, à nous les anxieux. Pour ma part, je ne sais pas si ce que je vis s’appelle agoraphobie, car je ne crains pas l’avion, ni le train. non, ce que je crains par dessus tout c’est le bus, les minibus, les espaces clos d’où j’ai l’impression que je ne pourrai pas m’échapper en cas de mal au ventre (absence de toilettes), et c’est un cercle vicieux : plus on y pense et plus on déclenche le trouble… et donc cela me mine… mais je travaille beaucoup là dessus. Vous allez rire, mais dans trois jours je m’envole pour New York. et bien, ce n’est pas l’avion qui me fait peur (après tout, il y a des toilettes !), non, ce qui me terrorise, c’est le transfert en bus de l’aéroport au centre ville (environ 1h), et l’excursion en bus prévue le lendemain matin dans Manhattan (4 h !). Bien qu’allant bien mieux depuis quelques années, j’ai encore des failles en moi que je tente de colmater, mais c’est épuisant… C’est vrai que l’entourage ne comprend pas forcément, et ce n’est pas toujours d’une grande aide de nous dire « oh la la, mais arrête de cogiter… tu stresses pour rien…tu verras comme tu seras contente quand tu seras revenue ! ». oui mais voila, pour en revenir, encore faut-il y aller ! C’est difficile, pour moi l’échéance du voyage approche, alors je lis vos articles, je fouille votre site pour y trouver du réconfort. Vos mots sont justes et forts. Je tâcherai de me les rappeler pendant le voyage. Merci de votre beau témoignage qui rassure et suscite l’admiration ! Prenez soin de vous. bien cordialement. Chantal

    • Séverine Cherix dit :

      Merci Chantal pour votre joli message!
      Je connais ce que vous ressentez pour l’avoir vécu durant 15 années!!! ne vous inquiétez pas! Rires… respirez surtout! et n’ayez pas honte! Lâchez la culpabilité et faites de votre mieux pour VOUS! Je vous souhaite un merveilleux séjour à New York, une ville géniale!!! Prenez soin de vous! 😉

  • chantal dit :

    Bonjour Séverine !
    Me voila revenue de New York, les yeux et la tête pleins d’étoiles ! quelle ville incroyable et magique ! Tout s’est bien passé, et je dois dire que les articles lus sur votre blog m’ont beaucoup aidée. Je veux juste dire à celles et à ceux qui s’en font, qui se rongent, qu’on peut y arriver ! Je n’ai pas laissé le « saboteur » me saboter le voyage, je l’ai maitrisé du mieux que j’ai pu !… j’ai lutté bien sûr, mais j’y suis arrivée (j’en ai les larmes aux yeux rien que de l’écrire). J’avais une peur bleue du bus/navette entre l’aéroport et l’hôtel, et ensuite du bus de la visite accompagnée de 4 h dans Manhattan…et bien, c’est passé comme une lettre à la poste ! Juste parce que j’ai fait un énorme travail sur moi-même, en repoussant du mieux que je pouvais la mauvaise partie du cerveau qui disait « tu ne vas pas y arriver, tu vas être malade, tu vas gâcher ce bon moment de tous les autres… » Et puis je n’ai cessé de penser à votre petit mot « n’ayez pas honte, lâchez la culpabilité, respirez ! » Je suis montée sur l’empire state building et le top of the Rock, moi qui ai si peur de l’ascenseur et du vide…là encore j’ai lutté et j’y suis arrivée ! du coup, en refaisant le point, je constate que tout ce qui me faisait peur dans ce voyage, et bien je l’ai surmonté. c’est pourquoi je veux partager ma petite victoire avec tous, et leur dire que « le saboteur » ne gagne pas toujours, qu’il y a quelque chose de beau et de bon en nous qui nous fait faire de grandes (ou de petites) choses, le tout est de lui faire confiance ! Alors allons de l’avant ! Bien cordialement. Chantal

Leave a Reply

/* SCRIPT POUR LA POPUP AWEBER */
/* FIN DU SCRIPT */