Monthly Archives

août 2018

Quand l’impossible devient possible… d’agoraphobe à grande voyageuse!

Par | Articles | Aucun commentaire

OK Mesdames & Messieurs, c’est bientôt la reprise ! Agoraphobe, je suis enfin libre! Et vous, qu’avez-vous envie de mettre en place comme objectif pour les 4 derniers mois de l’année!

Voici ma dernière vidéo publiée sur ma chaîne Youtube : une vidéo de 30 minutes dans laquelle je vous offre mon parcours mais surtout je vous explique comment vous aussi, vous pouvez arriver à dépasser vos peurs!

Vous êtes peut-être sceptique, (comme moi à l’époque!), mais je suis la preuve vivante que tout est possible quand on a le bon état d’esprit et les bons outils à portée de main.

Cliquez sur l’image ou sur ce lien si vous voulez vous aussi développer vos capacités pour vivre enfin une vie riche de sens et libre de peurs !  

Vous n’êtes pas seul(e)!
Ne lâchez rien !
Je suis là pour vous!
​​​​​​​A très vite!
Prenez soin de vous…

PS : excusez de ma voix du début, j’avais une petite angine… 😉

Pour aller de l’avant avec moi :

Ces croyances qui ne nous appartiennent pas…

Par | Articles | Aucun commentaire

Ces croyances qui nous collent à la peau

Je partage avec vous une partie d’une réponse que j’ai donnée suite à une question qui m’a interpellée un jour car je pense que le point de vue est intéressant et cela peut donner des pistes de réflexion. Je précise que tous ces propos n’engagent que moi.

Vous savez, j’apprends au quotidien, depuis la fin de mon agoraphobie il y a maintenant plusieurs années, j’ai passé dans une sorte de nouvelle partie de ma vie qui est juste incroyablement riche en découvertes, en apprentissages et en formation. Je me forme, j’ai des coachs et je vais chercher des solutions, de l’information ou des idées parce que j’aime délivrer à mes clients du vécu et du vrai. Tout ce que je mets en pratique, fonctionne pour moi. Tout ce dont je parle, je l’applique au quotidien. J’écoute et je me forme et certaines fois, je suis obligée de transmettre à travers des écrits ce qui a vibré pour moi. Je donne le choix à ceux qui me lisent ou qui se font coacher de choisir un chemin, leur chemin. Si ce message vous parle, tant mieux, je suis ravie et si ce n’est pas le cas, c’est OK aussi. Je suis là pour vous proposer des choix et vous avez toujours le choix. Je n’ai pas la science infuse, personne ne l’a d’ailleurs. Je suis là pour tendre la main à ceux qui me la tende. Ce qui marche pour vous ne marchera peut-être pas pour moi et vice-versa.

Mais qu’en est-il de ces croyances qui nous traquent ?

Dans notre société, on cherche à tout prix à mettre des mots sur nos maux. On cherche à tout prix à éradiquer la douleur, le malaise, le trop ou le pas assez, le manque ou le surplus, bref, on passe sa vie à chercher à faire disparaître ces sentiments intérieurs étranges et dérangeants. Certains passent une bonne partie de leur vie sur le canapé du psy à parler d’avant, de pourquoi, de comment, de “et si”. Et tout ça nous dépasse. Avez-vous aussi ce sentiment certaines fois de ne pas avoir vraiment toutes les réponses désirées? En tout cas, c’est comme ça que je fonctionnais et c’est comme ça que je pensais. Selon certains statistiques, on prétend que 90% des consultations parlent de sentiments qu’on refoule ou qu’on veut à tout prix se débarrasser. Des thérapies, j’en ai fait. J’ai appris beaucoup de choses sur moi et sur les autres mais j’ai aussi eu le sentiment que plus j’apprenais, plus je m’embrouillais l’esprit. En fait, ça dépendait de ce que je cherchais à avoir comme réponses! Tout a fait son chemin. J’ai réussi à faire la paix avec certaines choses et à mieux comprendre qui j’étais. Aujourd’hui, je me pose toutefois une question : “Et si y avait pas vraiment de réponse ?”


Le mot du jour, c’est : l’Accueil

En “très gros résumé” (car le sujet est bien grand pour débattre ici), je vous fait un résumé de ce qui me parle et que j’ai entendu en conférence et dans des livres. C’est notre système émotionnel qui a peur, ce n’est pas nous. Un bon psy vous le dira aussi je pense. Le mental répond toujours à nos questions. C’est pourquoi il faut toujours faire attention aux questions qu’on se pose… en fait, les réponses sont une forme de “compensation” à ce que nous n’avons pas encore dans notre vie ou à ce que nous pensons qu’il devrait avoir. C’est donc important certaines fois d’arrêter de s’accrocher à des croyances.
Dans la conférence que j’ai entendu, les réponses sont avant tout les souvenirs, les informations qu’on nous a envoyé et les ressentis qu’on a eu depuis notre enfance et que c’est notre mental qui a interprété à sa guise. Elle rajoutait “Un être libre ne se soucie absolument pas de son passé même s’il a vécu les pires horreurs du monde. Il s’est libéré de cela. Comment il a fait ? En arrêtant de chercher dans son passé les causes probables de ses problèmes actuels”. Et bim!

En fait, je suis assez d’accord de dire que nos problèmes ne sont pas vraiment des problèmes. Notre plus gros problème, c’est notre mental et l’importance qu’on lui donne ou plutôt les pensées qu’on croit. C’est encore lui (notre mental) qui va réactiver notre mémoire et nous faire croire que c’est à cause de ça que …. ou à cause de ça que … . C’est une vraie machine de cinéma qui, sans qu’on s’aperçoive, nous démontre qu’on a faux ou qu’on devrait faire ci ou ça, mais par rapport à quoi exactement ? Accepter et être sont les clés. C’est le chemin que j’ai pris et que je continue à prendre et cela me réussit beaucoup mieux.

Et vous ? Pensez-vous qu’il est bon d’avoir réponses à toutes les questions ?

Merci à Nasine R. pour cette belle ouverture de coeur et si j’ai piqué votre curiosité, je vous propose de m’écrire en privé à : vertigesdemavie@gmail.com et de me suivre sur www.severinecherix.com

SAUTE ET LE FILET APPARAÎTRA!

Par | Articles | Aucun commentaire

Saute et le filet apparaîtra !

Cette courte phrase résume tout et nous rappelle l’engagement dans nos vies … tiré de la Solution est en vous-citation J.Burroughs

 

Ah ce fameux filet de sécurité !
En fait, on aimerait avoir déjà le filet pour nous rassurer, n’est-ce pas ? Moi la première !
J’avoue que ça serait tellement plus simple de sauter sachant que le filet est là au cas où!
Sur le sens, on est tous d’accord mais sur la forme, tout se complique, n’est-ce pas ?
Avant de s’engager dans un projet qui nous tient à coeur, on aimerait déjà connaître l’issue et savoir avec certitude qu’on va réussir.
Avant de s’engager dans un projet personnel ou professionnel, on aimerait déjà avoir des résultats.
Idéalement on aimerait même pouvoir rester dans notre zone de confort et ne pas trop déranger nos émotions, tout en changeant.

Le problème c’est que ce besoin de savoir à l’avance ou cette façon de fonctionner peut nous garder dans l’inaction la plus totale et dans des situations qui ne nous conviennent plus, pendant très longtemps. Le frein idéal pour tout épanouissement personnel.

 

En réalité

Dans la vraie vie, quand on ressent un élan intérieur de changement, c’est toujours une invitation à sortir de notre zone de confort. J’ai hésité à de nombreuses reprises avant de me lancer sur plusieurs projets de vie. L’inconnu fait peur. C’est normal. Mais il paralyse aussi.

Notre potentiel, lui est réel et là. Il est illimité. Seules nos pensées nous font croire le contraire. Ce potentiel ne demande qu’à être activé. Je l’ai découvert (ou plutôt je me suis découverte!) et depuis que j’ai appliqué certaines choses dans mon quotidien, je suis devenue une autre femme.
Les prises de conscience, les découvertes, les défis, les récompenses, les rencontres, les nouveaux projets, mes sentiments, mes capacités constituent une vraie évolution.
C’est à force de rencontrer le vide qu’on apprend.
C’et à force d’oser qu’on avance.
C’est à force de faire qu’on est fier de soi, même si au bout du compte les choses ne se terminent pas exactement comme on l’aurait pensé avant de sauter.

Pour vraiment activer ce potentiel de changement, on a besoin de s’engager avec sincérité ! 
Souvent, on a besoin d’être guidé par des personnes qui ont vécu l’expérience ou l’approche qui nous interpelle. On sait finalement qu’ils ont réussi (et travaillé fort) mais s’ils ont réussi, on peut se dire que nous aussi, on est capable! Alors, on évite de faire rappliquer “Bob” notre saboteur et on fonce! On se donne les moyens de réussir.
Oui ça prendra du temps, bien sûr.
Mais l’engagement est primordial.
Pourquoi vous le faites ?
Si on ne le fait pas, c’est qu’on n’est pas sérieux dans notre démarche ou pas prêt tout simplement. Et c’est aussi correct.

Je me souviens également d’un “exercice” que j’ai fait avec un ami en vacances – il m’avait proposé de me laisser tomber en arrière et de lui faire confiance – qu’il allait me rattraper. Ouaouh, je n’aurais jamais pensé que cet exercice qui paraît si simple allait lui aussi me faire prendre conscience de certains ressentis et sentiments. C’était très fort. L’avez-vous fait ?


Le filet apparaît seulement quand on a déjà sauté et qu’on se retrouve dans le vide…

 


Dans mon cas

En fait, le filet apparaît quand on ose, quand on sort de sa zone de confort et qu’on s’engage réellement sur le chemin de nos envies profondes, sans savoir ce qui va exactement se passer. Et c’est le plus dur à faire. Je le confirme. Pas tout le monde n’est capable ou n’a envie de faire cela car ça demande du courage.

A l’époque de mon agoraphobie (qui a duré 15 années), mes rêves et projets me semblaient tout simplement impossible et hors de portée. J’hésitais trop et je n’osais m’engager. Je ne savais même pas de quoi j’étais capable. Je ne croyais pas suffisamment en moi et je n’avais pas de référence de “réussite” autour de moi donc je subissais il faut le dire ma vie ; je me contentais de ce que j’avais. Une sorte de victimite aigüe mais finalement plutôt confortable. Enfin, c’est ce que je pensais…

De nombreuses choses ont bougé en moi après m’être connectée à d’autres choses dans mon quotidien. J’ai décidé d’oser en dépit des peurs et des doutes. Je suis partie en voyage seule pendant 1 mois en Asie alors que j’étais encore agoraphobe. Et là j’ai compris. J’avais besoin de cette sortie de zone pour me confronter vraiment à mes peurs et à moi-même. J’ai réellement senti qu’il fallait que je le fasse malgré ma trouille évidente. J’ai donc sauté dans le vide et j’ai décidé de faire confiance à la vie. Plein d’événements et de rencontres que je n’aurais jamais pu prévoir ou imaginer se sont passés et de manière fluide.
Quand on passe d’agoraphobe (privation, craintes, égoïsme, frustration) à plus agoraphobe (liberté, choix, changements, force), c’est sur qu’on a un autre monde qui s’offre à nous. Et c’est un peu flippant! C’est le comble einh ? Non, ce que je veux dire, c’est que du moment que j’ai compris que je pouvais, j’ai eu tellement d’envies que je me suis noyée dans mes choix.

Je sais aujourd’hui où je vais, et pourquoi j’y vais! Et vous ?

Belle journée!
Séverine

 

/* SCRIPT POUR LA POPUP AWEBER */
/* FIN DU SCRIPT */