“Je n’ose pas parler de mes peurs à mon entourage et je me sens seule”

« Je n’ose pas parler de mes peurs à mon entourage”. Dès que je le fais, on me regarde l’air de dire : “t’es vraiment un peu folle toi ou tu es en dépression ma pauvre!”

 

Lorsqu’on souffre d’Anxiété (ou d’Agoraphobie comme moi durant 15 années) et donc d’évitement, notre entourage se restreint sérieusement.


Au bureau, personne n’était vraiment au courant que je faisais des crises d’angoisses, quasi quotidiennes. Mon organisme souffrait et je devenais même hypocondriaque. Je réfléchissais à tout et j’avais du mal à me calmer, à me concentrer. J’étais dans l’anticipation pour tout du matin au soir et je me sentais tellement différente des autres.

Lorsqu’un apéritif avec les collègues (vive les fêtes de fin d’année !) était programmé, j’étais déjà en mode « panique » et j’avais comme choix:
– d’y participer avec la boule au ventre et de m’éclipser avant la fin (car trop de monde et trop de pression)
– de mentir et de dire que j’avais déjà quelque chose de prévu ce soir-là (mensonge n° 2839)

C’était triste et injuste. Je vivais un réel inconfort dans mes tripes, une honte et une envie de hurler ma douleur psychologique. La honte de la peur d’avoir peur.

 

 

 

La peur d’avoir peur et de perdre

C’est bien connu, lorsqu’on parle de ses bobos psychologiques à son entourage, on s’expose à plusieurs attitudes venant des autres. On a peur de peut-être « perdre » une amitié ou une relation de travail à cause de ce comportement et ces évitements à répétition. On n’ose pas en parler, on en souffre, on fait avec, on continue, ça passe, ça revient, on est mal et ça recommence.

Le pire qui me soit arrivé, c’était lorsque je suis partie seule en voiture un dimanche pour une réunion de famille (ohh que je ne les aimais pas celles-là !). Sur la route, prise d’une forte angoisse, je me suis décidée à m’arrêter et à appeler mon frère pour lui dire que j’étais incapable de venir jusqu’au lieu de rendez-vous (encore 20km de route)

Vous savez ce qu’il m’a répondu ? « Ah ben tiens, ça m’aurait étonné. Tu recommences. T’en as vraiment rien à faire de notre famille. T’es vraiment une gamine et tu fais exprès! ».

Bammmmmmmmmmmm et me voilà en pleurs dans ma voiture, à moitié recroquevillée en train de laisser mon saboteur prendre les commandes de ma vie et me chuchoter aux oreilles : « C’est vrai ça, t’es nulle, t’y arriveras jamais, c’est peine perdue, oublie ça et rentre chez toi,… »

 

Se battre pour sa liberté mais surtout Exister

Est-ce que toi aussi tu souffres en silence ?
Est-ce que tu n’oses pas parler de tout ça de peur qu’on ne te comprenne pas ?

Parler de ses faiblesse, ce n’est pas tendance et je suis sure que tu te crois seul(e) à vivre cela.
Tu le sais peut-être, toi qui me lis, j’ai vécu 15 années comme ça et je me bats encore certains jours avec cette anxiété qui tourbillonne dans mes tripes.
Je n’ai plus les mêmes symptômes et l’agoraphobie est bien derrière moi mais l’anxiété fait toujours partie de ma vie. Je la gère au mieux avec des techniques approuvées et sur le long terme.
Je voyage, je rencontre, j’apprends, je découvre, j’avance, je m’arrête et je vis.

J’ai décidé de continuer d’aider les autres et j’ai décidé de témoigner, de fournir une aide supplémentaire à toute thérapie lorsque sa vie commence à s’effriter. Je sais qu’il y a beaucoup de personnes qui souffrent de leur côté (majoritairement des femmes), certaines sont isolées (en ville ou dans un village, c’est pareil), car elles ont déjà baissé les bras.


J’en ai marre de voir tant de tristesse chez les gens qui ont tous et toutes un potentiel illimité et je souhaite qu’ils ne restent plus seuls dans leur coin.

 

Car oui, il y a des Solutions… commencez par :
1) arrêter de jouer à la VICTIME
2) prendre sa responsabilité face à ce qui nous arrive
3) choisir son environnement
4) changer son comportement
5) reprendre en considération ses capacités
6) faire exploser ses croyances limitantes
7) travailler sur son identité
8) renouer avec sa spiritualité

J’utilise toute mon énergie et mes connaissances pour vous aider virtuellement mais aussi en vrai lorsque je vous rencontre, certains lors d’ateliers ou de coaching privé.

 

Ce que je vois le plus souvent chez mes clients, c’est :
1) la croyance qu’ils ont déjà tout essayé et que rien ne marche
2) le manque de confiance en eux et leurs croyances qui les limitent au quotidien
3) leur souffrance et ras-le-bol car c’est l’incompréhension et la honte (via les collègues, la famille et même les enfants) qui les use

 

Alors, en fait, vous avez comme moi à l’époque 2 solutions :
1) rester comme on est et se dire qu’on a vraiment pas de chance de vivre tout ça (être victime). Aller de thérapie en thérapie, d’essai en essai et attendre la baguette magique. Rester sur ses gardes et se méfier de ceux qui veulent vraiment nous aider car on ne les croit pas.

2) prendre la décision de changer sa situation. Faire un pas dans une direction (peu importe laquelle) et peut-être rejoindre d’autres personnes qui vivent ce que vous vivez (le groupe du Programme Renaissance par exemple!), se former, lire, écrire, s’informer sur les solutions qui existent pour sortir de là.

 

La liberté est proche… faites-vous CONFIANCE et mettez en place un changement de votre état d’esprit, acceptez et comprenez vos émotions. Arrêtez de garder tout ça pour vous. Ensuite, grâce à la force du groupe du programme ou grâce à un travail en privé (TCC par exemple), vous reprendrez goût à votre vie et vous serez fier(ère) d’avoir changé votre vie, comme moi il y a plus de 5 ans maintenant.

On s’en fout des autres, de leur jugement et des remarques qu’ils peuvent avoir pour vous.
Ils ne peuvent pas comprendre s’ils n’ont pas vécu cela.
C’est vous qui souffrez au quotidien et c’est vous qui allez sortir de cette prison sans murs, si vous le décidez!
Mais pour ça il faut faire du tri et commencer à quelque part.

Retenez une dernière chose : je suis passée d’ex-agoraphobe à une nomade-voyageuse qui vit entre la Suisse, la Grèce et le Québec. Alors vous pouvez changer votre vie. Dès aujourd’hui !

Lancez-vous ! 

Séverine

 

PS : vous avez compris que votre environnement est un élément crucial pour réussir votre Transformation. Parfois, nous sommes bien entouré et parfois non. C’est comme ça. Si vous manquez de support autour de vous, si vous manquez de gens qui comprennent ce que vous vivez et si vous avez une volonté de fer pour vous en sortir, peut-être que vous serez intéressé(e) à rejoindre le groupe du Programme Renaissance qui aide au quotidien des Humains formidables qui ont décidé de faire un pas de plus vers leur liberté. Vous vous y sentirez bien, soutenu(e), encouragé(e), entouré(e). Alors, écrivez-moi un petit mot en privé sur Facebook ou par mail à severine@severinecherix.com 🌺 et je vous en parle en détails.

Leave a Reply