Podcasts

Podcast #1 le mental

 

Texte emprunté :

Observez que la peur n’est pas un frein, mais une simple illusion mentale.

Ce mental a peur de la nouveauté, il a peur de ne pas y arriver avant même d’avoir franchi le pas, n’est-ce pas ?

Alors que pouvons-nous faire ? Le soutenir !

Rassurez-le et rappelez-lui quotidiennement qu’il peut se laisser porter par ses profondes aspirations et qu’il est libre de choisir ce qui est juste et bon pour lui. Le temps glisse entre vos doigts, alors saisissez chaque instant présent !

En suivant les trois règles d’or d’Amour de Soi, vous pourrez façonner votre vie librement…

Pourquoi est-ce que les choses ne changent pas ?
Pourquoi êtes-vous dans les mêmes problèmes ?

Dès l’instant où vous êtes en paix, dès l’instant où vous arrêtez de chercher, parce que vous laissez venir les réponses spontanément, à cet instant-ci, il n’y a plus rien qui vous pose problème.

Est-ce que vous savez ce que vous désirez ? rien que pour vous ?
Quelles sont vos profondes aspirations, qu’est-ce qui anime l’être humain que vous êtes, qu’est-ce qui vous donne cette énergie le matin (en vous disant yes, je vais m’éclater !), là c’est du plaisir, de l’épanouissement, savez-vous ce que vous voulez pour vous, dans votre vie ?

Qu’est-ce que je veux réellement dans ma vie ? Prenez une petite minute.
De quoi est-ce que j’ai réellement envie ?
Quels sont mes désirs les plus profonds ?

A l’instant où vous posez cette question, qui prend la relève ?
Qui répond ? le mental
Parce que le mental répond toujours aux questions.
Il a toujours une réponse à tout.

Les réponses sont une forme de compensation à ce que vous n’avez pas encore dans votre vie. Il est donc important d’arrêter de s’accrocher à des croyances.

Le système émotionnel a peur, ce n’est pas vous.
Faites une place à votre peur, à côté de vous, installez-la et dites-lui de rester tranquille et d’écouter.

Pourquoi est-ce que la peur est là ?
Uniquement pour une chose et que vous avez oublié.

L’identification

L’association, je suis ce que les souvenirs, les informations qu’on m’a envoyées, les ressentis que j’ai eu depuis mon enfance.

Si vous arrivez à défaire ce noyau-là, vous serez totalement libre et vous serez continuellement dans l’épanouissement.
Un être libre ne se soucie absolument pas de son passé même s’il a vécu les pires horreurs du monde.
Il s’est libéré de cela. Comment il a fait ?
En arrêtant de chercher dans son passé les causes probables de ses problèmes actuels.

Dès l’instant où vous vous dites : j’ai ce problème-ci.
C’est votre mental qui va réactiver la mémoire.
Parce qu’il y a 10 ans, tu as vécu tel traumatisme.
Rien que le fait de vous poser la question de pourquoi est-ce que vous êtes dans cette situation maintient votre corps de souffrance.
Alors que pouvez-vous faire ?

Il faut pouvoir vous dissocier.
Il faut passer par un processus d’observation, comprendre que vous ne pouvez pas être ce corps physique, que vous ne pouvez pas être vos pensées, qu’aucune de ces pensées ne vous appartient et que ces émotions ne vous appartiennent pas non plus.

L’émotion a toujours besoin d’un support. Observez un maximum. Là où il y a une émotion (peur, colère ou tristesse) c’est qu’il y a systématiquement une lutte mentale derrière.

Le mental est tout le temps en activité et on le force

Il n’y a jamais rien qui vous prouvera que c’est tel événement qui a déclenché ce problème-ci. Ce ne sont que des hypothèses. Le mental est tout le temps agité. Il n’y a pas besoin de faire de recherches actives, il suffit d’être à l’écoute de votre équipe : corps, mental et émotion.

Ce qu’il faut observer c’est la lutte.
Dès l’instant quand vous observez qu’il y a une lutte, de combativité, à ce moment-là, intervenez et aidez cet être humain à accueillir cette émotion.

Il faut inviter, aller vers la peur, invitez-là à être présente.

Il faut peut-être être victime au départ pour devenir libre par la suite.

La seule clé pour ne plus avoir peur c’est d’accueillir cette peur, l’inviter à être là, la seule clé (et vous êtes cette clé) c’est d’accueillir la peur qui est en lien avec ce corps de souffrance.
Ce corps de souffrance se nourrit toujours d’émotions refoulées.

Comme ces fameux « problèmes », désolée mais y en n’a pas vraiment.
C’est notre mental qui va réactiver notre mémoire et nous faire croire que c’est à cause de ça ou ça.

Rien que le fait de se poser la question de « pourquoi est-ce que je suis dans cette situation ? » maintient notre corps en souffrance. Alors que peut-on faire ? se dissocier et arrêter de vouloir avoir réponse à tout. Juste être et faire.

Dans notre société on cherche à tout prix à mettre des mots sur les maux.
On cherche à tout prix à éradiquer la douleur, le malaise, le trop, le pas assez, le manque, le surplus, bref on passe sa vie à faire disparaître ces sentiments intérieurs étranges et dérangeants. On passe sa vie sur le canapé du psy à parler d’avant, de pourquoi, de comment et de si… c’est apparemment 90 % des consultations. Mais posez-vous cette question : c’est quoi la réponse que je cherche à avoir à tout prix ? et s’il n’y avait pas vraiment de réponse.

C’est notre système émotionnel qui a peur, ce n’est pas nous. Le mental répond toujours à nos questions.  Qu’est-ce que je peux faire pour arrêter cette autopunition que je m’inflige depuis 25 ans ? de me dire que je ne suis pas à la hauteur, que les gens ne vont pas m’aimer, que je vais déplaire, etc…

Arrêtons de s’accrocher à des croyances.

Je suis ce que les SOUVENIRS, les ressentis que j’ai eu depuis mon enfance.

Si vous arrivez à vous défaire de ce noyau-là, vous serez totalement libre et continuellement dans l’épanouissement.

Un être libre ne se soucie absolument pas de son passé même s’il a vécu les pires horreurs du monde.

Comment a-t-il fait pour se libérer ? en arrêtant de chercher dans son passé les causes probables de ses problèmes actuels.

C’est comme les pseudos problèmes… on n’en n’a pas. C’est notre mental qui va réactiver notre mémoire et nous faire croire que c’est à cause de ça. Rien que le fait de se poser la question de pourquoi je suis dans cette situation maintient notre corps en souffrance.

Alors quoi faire ? se dissocier et arrêter de vouloir avoir réponse à tout. Juste Être.

 

 

(n’ayant pas noté à qui appartiennent ces mots, merci de vous annoncer si vous tombez sur cet article)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *