Articles

Ces anxieux qui ont besoin d’être rassurés…

Faites-vous partie de ces merveilleux humains anxieux et souvent hypersensibles qui ont besoin d’être rassurés de manière régulière ?

 

Oui ? OK, moi aussi. Du moins à l’époque de mon trouble panique avec agoraphobie.
Nous sommes tous des êtres humains et se sentir épaulés, compris et rassurés fait, je pense, partie de la bonne santé mentale de tous.
Il ne faut juste pas que cela devienne trop récurrent… Je m’explique.

Dans mon environnement familial, je n’ai pas vraiment de souvenirs où mon entourage me donnait confiance en moi. J’ai plutôt évolué dans une milieu craintif et anxiogène. Alors forcément, côté confiance, disons que ce n’est pas ce que j’avais comme qualité de départ. Je n’en veux à personne rassurez-vous car la bonne nouvelle, c’est qu’on peut l’acquérir avec le temps et du joli travail sur Soi. 

Je me suis débarrassée de ce trouble panique avec agoraphobie depuis plusieurs années maintenant.

Mais, à l’époque de mes angoisses, j’avais ce besoin constant d’être rassurée.

Quand on est anxieux, on a peur de ne pas arriver à faire quelque chose ou à décider parce qu’on se pose trop de questions.

Je demandais l’avis à au moins 3 personnes et malgré ce qu’elles me disaient, je ne les croyais toujours pas. Je repartais donc dans le brouillard total car je n’arrivais pas à décider pour moi-même ni à me faire suffisamment confiance

J’avais ce besoin de “béquilles* : pas l’objet qu’on utilise pour se déplacer quand on s’est cassé la jambe, mais de vraies personnes autour de moi pour m’aider à affronter mes peurs.
Le gros problème, c’est que c’était à double tranchant car lorsque la personne n’était pas disposée à m’aider ou à me rassurer, je devais me rendre à l’évidence que je ne pouvais compter que sur moi.

A force d’attendre quelque chose des autres, on est souvent déçus, vous ne trouvez pas ?
Moi, c’est ce que j’ai compris.
Alors autant faire les choses pour soi en premier et ensuite vous verrez ce qu’il se passe.
Ben oui, vous n’êtes plus cet enfant coincé en haut du toboggan qui attend qu’un adulte vienne lui tenir la main ou le rattraper en bas !
La peur est faite pour être traversée.
Il faut prendre du recul
Suffisamment pour vivre et arrêter le mode survie.


Pourquoi ne faites-vous pas confiance à la vie ?


Vous savez, il y a une façon de vivre.
Vous ne pouvez pas tout maîtriser. Ca n’existe pas!
Vous croyez que vous maîtrisez mais vous ne maîtrisez RIEN, absolument RIEN et tant que vous n’êtes pas OK avec ça, vous serez dans l’inconfort.

Toutes ces phrases comme “et si j’y arrive pas ?” ou “et si je me trompe?” ce sont des phrases typiques d’un anxieux qui comme moi avait besoin des autres pour EXISTER.

Depuis, j’ai bien changé.
J’entreprends au quotidien.
J’ai viré les relations toxiques autour de moi.
Je suis même devenue “hyperactive” et “workaholic” depuis la fin de mon agoraphobie.
C’est une peu le revers de la médaille, mais quel Bonheur !
Avoir des projets ?
Quels sont vos objectifs à court, moyen et long terme ?
Quels sont vos talents ?
Qu’êtes-vous prêt(e) à faire que vous n’avez jamais fait ?
Etes-vous réellement prêt(e) à vivre en acceptant le jeu de la vie ?
Vivre pour ne rien regretter.

 


Vous connaissez ce fichu saboteur qui se colle aux anxieux ?

Il est présent dans vos tripes. Vous savez, c’est celui qui ne cesse de vous répéter en boucle : “tu n’y arriveras pas !”, “tu as besoin de quelqu’un pour faire ça”, “t’as jamais réussi, pourquoi tu y arriverais aujourd’hui?”, “tu devrais réfléchir encore et remettre à demain”, “tu es trop fatigué(e), repose-toi”, “t’es sûr que ça va marcher ?”, “peut-être que Séverine y est arrivée mais moi c’est pas pareil”…

C’est fatigant, n’est-ce pas ?
On a envie de lui hurler dessus et on aimerait qu’il se taise !
Le pire, c’est qu’on croit que c’est nous qui disons ça mais non !! je vous confirme c’est votre SABOTEUR ! Identifiez-le et vous irez mieux!

Vous savez, aujourd’hui, je ne me contente plus du minimum syndical comme on dit !
J’ai décidé d’être un peu plus bienveillante avec moi.
J’ai réellement une URGENCE A VIVRE.

Je me connais bien et je sais où son mes points forts et mes points faibles.

Je garde une âme d’enfant, je continue à m’émerveiller continuellement de ces opportunités de rencontres, de ces voyages pour changer d’air et j’aime me dire qu’il existe des milliers d’individus comme moi sur cette planète qui font ou ont fait des choses incroyables. Alors pourquoi pas moi ?

Cette force mentale est plutôt dans les tripes pour ma part, je pense qu’on l’a tous et toutes.

Elle s’active selon les événements qu’on vit mais on a tous cette capacité à compter sur soi.

Certaines fois, il nous manque juste quelqu’un pour nous le rappeler.
Ca tombe bien, c’est mon job !

 

 

problème stress peur anxieux


Mon côté anxieux ne m’embête plus

Malgré des jours plus compliqués que d’autres et même si je fais partie de ces anxieux qui ont besoin d’être rassurés de temps à autre, je sais que je suis capable.
La vie est avec moi pas contre moi. 

Avoir peur et avoir besoin d’être rassuré, c’est humain.
Mais on ne peut pas vivre en fonction de l’approbation des autres ou de s’appuyer tout le temps sur eux pour vivre !

Les peurs toxiques doivent disparaître (et c’est possible)

La prochaine fois que votre saboteur vous lance un message d’alerte, répondez-lui carrément ! “Tu as tort !” et prouvez-le lui !

Quand il arrive à être plus fort que moi (je suis humaine et cela peut arriver), je me repose et je recommence plus tard. C’est tout. Je n’abandonne jamais.

En fait, ce qui est super à faire, c’est de lui répondre ! Vraiment !
J’avais lu un livre qui m’a profondément aidée à l’époque de mes angoisses et j’ai encore en tête des mantras ou des phrases pour que mon saboteur s’en aille plus vite que son ombre.

Se reconnecter à Soi pour prendre de belles décisions et se poser les bonnes questions.
Si je fais ça, comment je vais me sentir ?
Si je ne fais pas ça, comment je vais me sentir ?

Quel est mon objectif (mon but) dans ma vie actuelle ? 

 

Il n’y a aucun échec dans la vie, que des expériences

 

La vie est un chemin… avec ses moments merveilleux et ses moments difficiles. L’important c’est d’arriver, en tant qu’anxieux, à se faire confiance. Vivre et arrêter la survie. Que ce soit au travail ou à la maison, vous devez reprendre le contrôle de votre vie. Vous en êtes tellement capable ! Ne doutez plus de vous chers anxieux.

Rappelez-vous que le temps est précieux alors ne le gâchez plus.
Soyez fort(e), motivé(e) et inspiré(e) !

Derrière la porte de la peur, il y a tant de belles choses à découvrir.

Arrêtez d’attendre et mettez votre énergie sur ce que vous pouvez contrôler. 

Alors, pensez-vous avoir toujours ce besoin d’être rassuré(e) en permanence ?
Est-ce que votre fonctionnement fonctionne ?
Qu’allez-vous faire alors désormais ?

Si vous en avez marre de dépendre des autres (ou de leur avis), si vous êtes frustré(e) de ne pas avancer comme vous l’aimeriez, je pense qu’il est temps aujourd’hui de prendre votre envol.

Rapprochez-vous de l’accompagnement privé pour y arriver plus vite.
Je vous accompagne à retrouver vos propres clés car votre bonheur est déjà dans vos mains. 

A très vite !
Séverine

 

 

N’hésitez pas à partager cet article autour de vous.
Cela aidera peut-être quelqu’un de votre entourage qui n’arrive pas à passer à l’action
à cause de ses peurs!

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux!
Facebook – Instagram  Youtube

 

Vous pourriez également aimer...

4 commentaires

  1. chantal a dit :

    bonjour Séverine.
    Je tombe par hasard sur votre site. je regarde votre vidéo de présentation. Quel bonheur ! Votre joli visage et votre bon sourire nous font du bien, à nous les anxieux. Pour ma part, je ne sais pas si ce que je vis s’appelle agoraphobie, car je ne crains pas l’avion, ni le train. non, ce que je crains par dessus tout c’est le bus, les minibus, les espaces clos d’où j’ai l’impression que je ne pourrai pas m’échapper en cas de mal au ventre (absence de toilettes), et c’est un cercle vicieux : plus on y pense et plus on déclenche le trouble… et donc cela me mine… mais je travaille beaucoup là dessus. Vous allez rire, mais dans trois jours je m’envole pour New York. et bien, ce n’est pas l’avion qui me fait peur (après tout, il y a des toilettes !), non, ce qui me terrorise, c’est le transfert en bus de l’aéroport au centre ville (environ 1h), et l’excursion en bus prévue le lendemain matin dans Manhattan (4 h !). Bien qu’allant bien mieux depuis quelques années, j’ai encore des failles en moi que je tente de colmater, mais c’est épuisant… C’est vrai que l’entourage ne comprend pas forcément, et ce n’est pas toujours d’une grande aide de nous dire “oh la la, mais arrête de cogiter… tu stresses pour rien…tu verras comme tu seras contente quand tu seras revenue !”. oui mais voila, pour en revenir, encore faut-il y aller ! C’est difficile, pour moi l’échéance du voyage approche, alors je lis vos articles, je fouille votre site pour y trouver du réconfort. Vos mots sont justes et forts. Je tâcherai de me les rappeler pendant le voyage. Merci de votre beau témoignage qui rassure et suscite l’admiration ! Prenez soin de vous. bien cordialement. Chantal

    1. Séverine Cherix a dit :

      Merci Chantal pour votre joli message!
      Je connais ce que vous ressentez pour l’avoir vécu durant 15 années!!! ne vous inquiétez pas! Rires… respirez surtout! et n’ayez pas honte! Lâchez la culpabilité et faites de votre mieux pour VOUS! Je vous souhaite un merveilleux séjour à New York, une ville géniale!!! Prenez soin de vous! 😉

  2. chantal a dit :

    Bonjour Séverine !
    Me voila revenue de New York, les yeux et la tête pleins d’étoiles ! quelle ville incroyable et magique ! Tout s’est bien passé, et je dois dire que les articles lus sur votre blog m’ont beaucoup aidée. Je veux juste dire à celles et à ceux qui s’en font, qui se rongent, qu’on peut y arriver ! Je n’ai pas laissé le “saboteur” me saboter le voyage, je l’ai maitrisé du mieux que j’ai pu !… j’ai lutté bien sûr, mais j’y suis arrivée (j’en ai les larmes aux yeux rien que de l’écrire). J’avais une peur bleue du bus/navette entre l’aéroport et l’hôtel, et ensuite du bus de la visite accompagnée de 4 h dans Manhattan…et bien, c’est passé comme une lettre à la poste ! Juste parce que j’ai fait un énorme travail sur moi-même, en repoussant du mieux que je pouvais la mauvaise partie du cerveau qui disait “tu ne vas pas y arriver, tu vas être malade, tu vas gâcher ce bon moment de tous les autres…” Et puis je n’ai cessé de penser à votre petit mot “n’ayez pas honte, lâchez la culpabilité, respirez !” Je suis montée sur l’empire state building et le top of the Rock, moi qui ai si peur de l’ascenseur et du vide…là encore j’ai lutté et j’y suis arrivée ! du coup, en refaisant le point, je constate que tout ce qui me faisait peur dans ce voyage, et bien je l’ai surmonté. c’est pourquoi je veux partager ma petite victoire avec tous, et leur dire que “le saboteur” ne gagne pas toujours, qu’il y a quelque chose de beau et de bon en nous qui nous fait faire de grandes (ou de petites) choses, le tout est de lui faire confiance ! Alors allons de l’avant ! Bien cordialement. Chantal

    1. Séverine Cherix a dit :

      Génial Chantal ! Je suis ravie que vous y soyez arrivée ! Merci pour ce partage qui va en inspirer d’autres ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *