5 choses qu’il faut savoir sur l’anxiété

Par 04/02/2017Articles

L’anxiété c’est la galère…

Et je sais de quoi je parle… j’ai fait de l’anxiété pendant 15 années de ma vie. Aujourd’hui, je n’ai plus de crises d’angoisses liées à l’agoraphobie, je vais où je veux, quand je veux, je ne suis plus l’agoraphobe coincée dans ses peurs paralysantes pour passer à l’action, mais finalement, je reste avec mes pensées anxiogènes dans certaines sphères de ma vie.

1.) S’inquiéter à l’avance ce n’est pas rationnel, pas utile et surtout cela ne sert à rien. On dirait pourtant que c’est comme impossible de faire autrement.

Quand on a vécu dans la peur durant de nombreuses années, on a développé des réactions chimiques et des comportements incroyablement durs à changer. Je le sais. Cela fait partie quasiment de notre ADN. Mais c’est à ce moment-là de la prise de conscience qu’il faut mettre la gomme et arrêter de se plaindre. Se comporter différemment, faire autrement, oser, continuer et donc travailler sur soi et sur son saboteur interne. Des comportements ou des pensées négatives, qui sont là, tout près, et qui n’attendent plus qu’à refaire surface et nous saboter pour qu’on reparte dans des schémas de pensées négatives comme dans le passé. C’est dur de garder le cap et de croire en soi… mais ce n’est pas impossible.

anxiété coeur tete

Aujourd’hui

Depuis que j’apporte mon aide aux personnes souffrant d’agoraphobie, je me rends compte que certains témoignages sont souvent similaires à d’autres. Nous avons tous et toutes des points en commun. Notre chemin assez été identique finalement. De forts moments de solitude, d’impuissance et de tristesse durant notre enfance ou notre adolescence. Certaines personnes ont ce sentiment d’être nulle (parce qu’elles ont fait cette association il y a longtemps inconsciemment avec des propos blessants), elles ne se sentent pas à la hauteur, n’osent pas, ne font pas (sous prétexte que cela ne se fait pas) ou ont cette perpétuelle sous-valorisation d’elles-mêmes.

Cette peur constante est souvent liée à un événement qui a eu lieu dans notre cocon familial, un sentiment qui nous est rentré dans la tête, une période plus difficile à gérer, un manque à quelque part, bref… tout cela fait qu’il est difficile de se prendre en main et de faire différemment à l’âge adulte.

2) L’anxiété est très mauvaise et il faut s’en débarrasser au plus vite !

3) Sur le plan physique, faire de l’anxiété provoque :

  • des troubles du métabolisme
  • des maux de tête
  • des maux de ventre
  • des vertiges
  • de l’insomnie
  • une hausse de tension
  • des douleurs (dorsales, cervicales, articulations)Mais elle provoque aussi sur le plan émotionnel une forte dévalorisation de soi, un manque d’énergie, un manque d’envie, moins de sourires, un visage figé par des doutes, une ride du lion qui grandit jour après jour. On se sent déconnectés, à part avec toujours un problème à résoudre. Tout devient lourd. On est constamment tendus, sur ses gardes et on ne profite plus de rien.


4) L’anxiété provoque également :

  • une acceptation du minimum au lieu de se dépasser (on se contente de ce qu’on a)
  • une tristesse récurrente
  • un manque de joie-de-vivre
  • une déconnexion totale face à la vie et aux belles choses qui existent (on voit que le mauvais)
  • une façon de parler qui montre un certain abandon
  • un oubli d’être heureux de ce qu’on a déjà


Alors que faire pour vaincre cette anxiété ?

Reprendre le dessus… à tout prix. Ne pas se laisser bouffer par ces fichues émotions qui nous mettent plus bas que terre. Cette tristesse, on peut décider de ne pas l’héberger trop longtemps. Et c’est là qu’on doit arriver à mettre notre cerveau sur OFF.

A chaque fois que je me rends compte que je vais trop loin dans mes inquiétudes, j’essaie de me dire que là je ne peux pas savoir à l’avance ce qu’il va se passer. J’essaie de trouver un moyen de couper ces pensées qui débordent dans tous les sens.


Pourquoi toujours penser au pire alors que le meilleur est peut-être sur le point d’arriver?

 

Ne sommes-nous pas trop exigeants avec nous-mêmes ? Des insatisfaits chroniques de la vie ? Cherchons-nous le bonheur à l’extérieur de nous alors qu’on doit le trouver à l’intérieur de soi?


Et comment je fais pour calmer cette anxiété?

Je suis avant tout, comme vous! Je ne suis pas Superwoman, désolée ! Certes, mon agoraphobie est loin derrière moi grâce à des méthodes que j’ai mises en place et qui ont donné leurs fruits. Mais régulièrement, mon hamster de pensées revient et commence un sprint infernal. Je choisis donc quand c’est comme ça, de me reposer.

Souvent cela arrive le soir, car je suis moins occupée que durant la journée, et du coup, je me fais une micro-sieste de 15 minutes. Cela me suffit. Une douce et belle musique dans mes oreilles et à mon réveil, je me sens très souvent, mieux. Non pas que mes “problèmes” ont disparu à mon réveil mais j’ai réussi à couper ces pensées infernales et je me sens mieux qu’avant ma sieste.

A ce moment-là, je peux reprendre calmement où j’en étais et je me sens plus zen. Pensez-vous que cela peut marcher pour vous ? Avez-vous déjà essayé ?


Vous en avez marre de recommencer? Alors cessez d’abandonner et reposez-vous!
(F.Nicolas)

 

N’hésitez pas à partager cet article autour de vous.
Cela aidera peut-être quelqu’un de votre entourage 
qui n’arrive pas à passer à l’action
à cause de ses peurs.

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux!
Facebook Instagram – Newsletter – Youtube

Leave a Reply